En ce moment je… vois l’arrière boutique des fêtes

26 décembre 2007 at 5:43 8 commentaires

Encore cette pub tv pour Kinder : une belle famille, propre sur elle, heureuse et épanouïe, blonds aux dents blanches, qui sourient, au chaud devant le sapin.

Cette image en soit n’a rien de mauvais, mais en ses périodes de fin d’année, l’individualisme exacerbé redouble de vigueur. Tout le monde pense à sa gueule, à son cul, à son pouvoir d’achat et à ce super appareil aussi hors de prix qu’inutile.

Personnellement, je ne peux m’empêcher de penser aux oubliés de notre société de consommation, ceux qui dérangent, ceux qu’on a pas envie de voir, qu’on chasserait même si on le pouvait, tant ils nous rappèlent le cynisme et l’injustice latente de nos modes de vie. Le petit fascisme tranquile, où les esprits, connectés aux mêmes médias, sont poussés à regarder de gentils aryens souriants pour qui la vie est belle. Mais après tout, ils ont réussis ceux-là, ils méritent bien leur bonheur, et les jean-foutre qui crèvent dans la rue, ses pauvres tâches, c’est de leur faute s’ils en sont là, au point zero. /ironie

Ses fêtes de fin d’année, où l’on se retrouve en famille en faisant semblant que l’oncle machin et le cousin bidule ne se détestent pas le reste de l’année. Où le saumon fumé coule à flots, et où récemment un homme est mort de froid aux Champs-Elysées, dans l’indifférence crade des pêtasses blondes à yorkshire, bien trop tourmentées -les pauvres, on les comprend- à savoir quelles fringues elles vont bien mettre pour épater la galerie.

Pendant ce temps, la moitié de l’humanité bouffe gras ou fais régime, et jète des tonnes de produits consommables, pendant que l’autre moitié, moins chanceuse, crève, les côtes à l’air, victimes, encore une fois, du cynisme de nos sociétés modernes, qui exploitent et maltraitent l’humanité sans vergogne. Et surtout pas de remords, par pitié, assez de la bien-pensance gauchiste, et de ses pauvres cons aux cheuveux gras qui pensent aux autres au lieu de travailler + pour gagner +…

Petit coup de gueule, petit coup de savatte dans la fourmilière, en cette période de bonheur artificiel et surfait. On a le droit de se faire plaisir, d’avoir de l’argent, d’en dépenser, mais on a pas le droit de fermer les yeux ni le coeur.

Consacrez 10 minutes à l’écoute de cette chanson, qui fera gromeler (et pour cause) les gens de droite, et qui donnera des frissons de tristesse à ceux qui pensent que le genre humain vaut tellement mieux que ça…

Entry filed under: Revue de web : Vidéos humour. Tags: .

NON, les chats ne sont pas des boulets ! Baston de paysans… must see !

8 commentaires Add your own

  • 1. artificier  |  27 décembre 2007 à 2:44

    Cette chanson est superbe. J’ai reconnu tout de suite Shuriken…

    Je sais pas quoi dire face à ton post. Je fais parti de ceux qui n’ont pas été seuls à Noël, qui ont été gâtés, etc..
    Mais de savoir que certaines crèvent au moment où j’écris et que je suis au chaud, ça me tue…

    A bientôt.

    Répondre
  • 2. jancques  |  1 janvier 2008 à 5:25

    Sale pauvre illettré.

    Répondre
  • 3. Ninja-TrouiLLe  |  2 janvier 2008 à 11:20

    Au lieu de cracher ton venin sur une classe sociale que tu excecres car l’ordre des choses t’en a exclu, vas plutôt aider ceux qui en ont vraiment besoin.

    Je comprends bien que beaucoup de personnes dans le monde vivent dans la misère et l’horreur, et contrairement à ce que l’on dit, on peut y changer quelquechose, mais pas en pondant ce type d’article, qui donne plus l’impression d’être motivé par la haine des favorisés que par l’amour des démunis.
    Ca s’appelle faire la part des choses, et c’est ce qu’il manque à ce discours.

    Amicalement.

    Répondre
  • 4. Cqfd48  |  2 janvier 2008 à 1:57

    Le billet part d’un bon sentiment, mais franchement osef de ta petite opinion. Je suis d’accord avec toi en pensant que le système dans lequel on vit est très inégalitaire, mais que bon, on y peut rienet c’est la que c’est dégeulasse. Je suis aussi d’accords en pensant qu’il faut avoir une pensée pour tous les parias de la sociétés (sans-abris, sans papier, immigrés, et partout dans lemonde les 60 millions d’enfants indiens qui travaillent, les victimes de guerres.). Ca me fait mal au coeur de penser que les français réagissent d’avantage sur le titre de valérie bègue plutôt que sur toute cette misère.
    Mais voila, ca sert a quoi ?

    Répondre
  • 5. ismael  |  5 janvier 2008 à 10:49

    Je trouve que Cqfd48 n’a pas raison cela peut convaincre les riche de donner et puis tout le monde n’a pas les moyen de donner.Alors on fait ce qu’on peut . Il rapportera peut etre plus au pauvre en faisant cet articles et en convaincant les autre de donner plus que tout ce qu’il aurait pu donner.Moi je dit donner car ce qui arrive au voisin pourrait bien vous arriver un jour.Rien n’est sur .Alors vous regreterrait amérement de ne pas avoir plus donnner et vous vous rendrer compte de leurs misére, alors pour votre bien ,donner

    Répondre
  • 6. MrNatas  |  6 janvier 2008 à 3:05

    A quoi ca sert ?

    Mmm, on va dire que c’est une goutte dans l’ocean, mais qu’un ocean sans gouttes n’est qu’un beau tas de sable (et de poiscails morts).

    Ca peut servir a pousser un petit peu plus ceux qui sont deja au bord de la decision : Vais je participer a un effort solidaritaire ou non ?

    Et pour ceux qui pensent que l’auteur ne fait que dalle : d’une, est ce qu’eux meme font quoi que ce soit (sinon stfu), et de deux, qu’est ce qu’ils en savent de la vie privee du gandaube ?

    Répondre
  • 7. Rob  |  10 janvier 2008 à 6:01

    …C’est bizarre, j’écoute beaucoup cette musique aussi, Je ne vais pas encore faire des longs discours comme j’en fait sans cesse sur le net (au bout d’un moment croyez moi, ca m’gave de parler à des autistes pro-sarko fans de carla et de jhonny) Mais j’vais simplement dire que tu as bien raison et qu’on le dit jamais assez… Les gens sont persuadés de vivre dans un beau pays démocratique alors que ce sont les lobis et la dictature de l’Europe de Bruxelle qui reigne partout, à partir de là, que voulez vous que j’vous dises ? Le capitalisme, le libéralisme fera toujours autant profiter la misère sociale.

    Répondre
  • 8. Rob  |  10 janvier 2008 à 6:12

    ..Entre 1978 et 2003, les rémunérations des salariés ont été multipliées par quatre, les dividendes des actionnaires par seize. Près de 170 milliards d’euros sont passés, chaque année, des poches des salariés à celle des patrons. Avec cet argent, on peut augmenter de 300 euros net tous les salaires et imposer qu’aucun revenu (salaires, minima sociaux, retraites…) ne soit inférieur à 1 500 euros net. Le patronat se plaint du « trop d’État », mais il s’est enrichi, en étant de plus en plus subventionné par l’argent de nos impôts, de moins en moins taxé sur ses profits et exonéré des cotisations sociales. Tous ces cadeaux représentent 65 milliards, soit un peu plus que le budget de l’Éducation nationale ou la totalité des dépenses hospitalières. Il n’y aurait pas de « trou de la Sécu » ou de « déficit des retraites » si les patrons payaient ce qu’ils doivent, si les salaires augmentaient, si le chômage reculait. Une augmentation générale des salaires de 300 euros, c’est 55 milliards dans les caisses des retraites, de l’assurance-maladie ou de l’assurance chômage ! 100 000 chômeurs en moins, c’est 1 milliard d’euros en plus pour la Sécu. Bref, de quoi garantir l’accès aux soins gratuits pour tous et la retraite pleine et entière à 60 ans.

    Chaque année, l’État dépense 40 milliards pour rembourser les intérêts de sa dette aux banquiers et plus de 47 milliards d’euros pour le budget de l’armée, qui engraisse les industriels de l’ARMEMENT (notez bien ca dans vos têtes). Avec 53 milliards, on peut créer 1 million d’emplois dans les services publics pour répondre aux besoins dans l’Édu¬cation, la petite enfance, la santé, ou embaucher dans les transports, l’ins¬pection du travail, investir dans les énergies renouvelables. La France est le pays développé dans lequel la richesse créée par heure travaillée est la plus importante : 19 % de plus que dans les autres pays européens ! Aujourd’hui, cette productivité signifie plus de souffrance, plus d’accidents du travail, plus de maladies professionnelles. Les inégalités sociales se répercutent jusque dans nos espérances de vie : 74 ans pour un ouvrier, 81 ans pour les cadres supérieurs.

    Et après on nous dit qu’il faut faire la part des choses… Moi tout c’que je constate c’est que parmis les riches il y a un certain nombre de connards, que l’on peut considérer comme « l’élite » de notre Nation et qui s’en fou plein les fouilles sur notre dos… Donc on peut continuer à dire qu’il ne faut pas généraliser en parlant des riches dans ce pays, il n’empèche que les actionnaires, les boursicoteurs et autres mafieux en tout genre sont les premiers responsables et qu’aucune mesure concrète n’est prise tandis que des coqs de bascours vivent dans la démesure et le luxe et ont leur tête tout l’temps penchée dans leurs porte feuille et non pas sur la pencarte d’un SDF.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Dernières publications

Feeds


%d blogueurs aiment cette page :