Réflexion sur la conscience et la vision des gens de droite

1 janvier 2008 at 5:53 2 commentaires

Ce qui me touche avec les éternelles répliques des droitards, alors que ça m’énervait il y a quelques temps, c’est la manière qu’ils ont de traiter avec leur conscience. C’est dans la grande majorité des cas par le déni, le fatalisme, ou par un repli individualiste de circonstance.

Le déni c’est le choix le plus difficile à assumer, puisqu’il est difficile de réécrire l’histoire en direct, et de prétendre qu’il n’y a pas de famines, de génocides, d’attentas et de conflits géopolitiques odieux venant quasi exclusivement des dérives du capitalisme ou de l’évolution postcolonialiste des pays qu’on a envahi dans le passé, et qu’on exploite aujourd’hui. Mais bon, y’en a quand même pour tenter le coup, et pour dire que Sarko tend la main à Kadafi pour les bienfaits de la démocratie, alors qu’il cherche uniquement à vendre nos technologies militaires à coups de milliards. D’ailleurs on aurait pu croire tonton Sarko (il a quand même dit aux Français qu’il avait évoqué la démocratie et les droits de l’homme avec kadaf) avant que son grand ami le droit-de-l’hommiste lui casse la baraque dans une interview en affirmant qu’il n’ent ont pas touché un seul mot.


Le fatalisme c’est ce qui m’énerve le plus, « on y peut rien, les choses sont comme ça, l’être humain est pourri, le monde est ainsi »… Qu’est-ce que ça doit être triste de raisonner comme ça ! quel cynisme, quelle vision dramatique du genre humain. Erroné, puisque penser que le mal est partout (et qu’il faut donc lui couber l’échine) revient à oublier les TRES nombreuses initiatives positives et prouesses du genre humain. Lis un livre sur la philosophie bouddhiste, renseigne toi sur les actions humanitaires organisées avec des bouts de ficelles, et reviens me dire que l’être humain est profondément mauvais. Il est plutôt éduqué en profondeur à l’individualisme et à l’égoïsme, voir à l’ignorance, c’est le système qui veut ça, le système a besoin de consommateurs dociles qui se soumettent, payent leurs impôts et ferment leur gueule, qui restent à leur place, comme un gentil petit engrenage qui fait pas de bruit. C’est la voie de la lâcheté, du renoncement. On accèpte les choses, aussi abjectes soient-elles, parce qu’on est pas trop concernés, et parce que c’est plus facile de se dire qu’on n’y peut rien et que les choses sont normales parce qu’elles sont ainsi.

Le repli individualiste, c’est généralement le raisonnement de gens qui vivent dans l’opulence et qui sont jamais à découvert, avec papa et maman qui assurent le gras derrière. Des gens qui ne se sont que trop rarement approchés de la misère, ou qui ont une trop haute estime d’eux mêmes. La mentalité du gagnant, « on a que ce qu’on mérite », toussa. Et mon cul ouais. C’est vrai que le black qui a grandi dans des cités dortoires, qui n’a jamais de réponses à ses CV à cause de la consonance de son nom, part dans la vie avec strictement les mêmes chances de bonheur que charles-henri qui vit dans le 16, qui a papa chef d’entreprise et maman médecin. Le raisonnement de l’individualisme le plus profond c’est « moi j’ai de la chance, j’ai de la caillasse, les autres tant pis pour leur gueule ». Ces mecs là vont pas changer le monde c’est sûr, ils sont trop occupés à choisir leur prochaine BM ou leur super full HD 130 cm, ils vont pas changer un monde dans lequel ils sont chouchoutés et favorisés, à 40 ans ils seront exploitants de petits employés smicards qu’ils feront chier toute la journée, qui n’auront quasiment pas le droit d’être malades 3 fois dans l’année, et qui toucheront 10 fois moins que lui à transpirer, pendant qu’il amassera les dividendes et le patrimoine familial.On cherche tous à vivre bien et à avoir la conscience propre, et c’est vrai que le fatalisme et le chacun pour sa gueule est probablement un moyen de dormir tranquile, en se disant qu’on n’est qu’un pion, qu’on a juste à éviter les balles et fermer nos gueules. C’est vrai qu’on ne peut pas grand chose seuls, mais ce qu’on peut faire, on doit le faire. Et souvent ce sont des « gagne petit » qui sont les plus actifs dans les oeuvres humanitaires ou dans la prise de conscience. Avoir souffert soit-même rend tellement perméable à la souffrance des autres (Abbé Pierre).

Donc le problème viendrait au simple fait que beaucoup se gavent, entre eux, dans l’opulence, et dans l’ignorance de la misère d’à côté. C’est communautaire, machin qui vit dans les quartiers chics, le seul moyen qu’il a d’entendre parler de la misère, c’est qu’on lui en parle, à la tv, sur internet, ou autre. Et c’est là qu’il y a un gros boulot à jouer. Un travail de sensibilisation, d’éducation, puisque le système éduque à la connerie et à l’égoïsme, le contre système doit pointer du doigt ce qu’on n’a ni l’occasion ni l’envie de voir. C’est vrai quoi, qui a envie de s’intéresser à la pouille alors qu’on peut regarder la starac ? Il est là tout le problème, alors effectivement il faut agir, en fonction de ses moyens, mais quand on a du temps, les yeux ouverts et de la rhétorique, écrire (vous savez, les beaux discours…) c’est un très bon moyen de sensibiliser l’opinion, et de refuser de cacher sous le tapis doré à l’or fin ce qui se cache en arrière boutique. Et si ça peut montrer la voie, et faire changer un tout petit peu les mentalités, c’est du génie. Si y’a un seul mec en écoutant les paroles de « la fin de leur monde », qui va enfin avoir une petite lueur et se dire qu’il est HUMAINEMENT dans un raisonnement erroné, et que sa mentalité est une petite pierre noire dans l’immense batisse de la connerie mondiale, eh bah c’est déja énorme, et ça valait le coup d’être fait.

Tout n’est pas à jeter dans la droite, et je respecte quelqu’un qui pense que la solution au problème est que tout le monde produise, s’enrichisse et entreprenne pour s’en sortir, et pour tirer tout le monde vers le haut. Même si c’est faux, ça a le mérite de ne pas être basé sur de l’obscurantisme et de l’individualisme, le principal étant qu’au fond de lui, le mec ait pas le raisonnement type « chacun sa grosse gueule moi j’ai réussi les autres je les emmerde », parce que ça c’est l’abjection tranquile.

Donc non, je ne donne aucune excuse à ceux qui balancent des commentaires minables sur mon blog (ils se reconnaitront) parce que les propos (ou l’initiative) de l’article les dérangent. Je sais dans quel schéma de pensée ils sont, et il est rarement très glorieux. Au contraire de ça je pense que chacun devrait faire un peu en fonction de ses moyens, et si on éduquait les gens à ça, aux valeurs humaines et à la générosité, on pourrait, effectivement, changer le monde.

Je reposte ça parce qu’un texte aussi poignant, ça devrait passer à la TV :

http://www.youtube.com/watch?v=JFeLNz3ctwA
paroles :
http://www.rap2france.com/la-fin-de-leur-monde.php

Entry filed under: Entrées diverses. Tags: .

Vidéo Gagz Pascal Sevran est mort… ou pas…

2 commentaires Add your own

  • 1. Ninja-TrouiLLe  |  2 janvier 2008 à 11:23

    Article de blog qui a pour but d’être un défouloir.

    Je te conseille deux livre qui te délivreront du mal (au sens propre comme figuré):
    Le pouvoir du moment présent (de Eckart Tolle)
    Les contes des sages Taoistes.

    Amicalement

    Répondre
  • 2. DoniLink  |  25 janvier 2008 à 6:57

    j’aime pas la politique donc je lie pas

    mais du peu que je te connais, ca doit être orienté(gauche, mais ca on s’en fou ca serait droite ca serait pareil), et assez cru
    dommage

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Dernières publications

Feeds


%d blogueurs aiment cette page :